Quel est le meilleur compagnon de voyage ? Témoignages

18 mars 2021liliart

C’est la question que tout le monde se pose avant de partir en voyage, avant de prendre ses billets, avant de commencer une nouvelle aventure : Avec qui partir ? Est ce que :

  • je pars seul, en couple ?
  • je vais quand même kiffer mon aventure si je pars avec ce pote / tout seul / avec ma soeur … ?
  • j’essaye un voyage solo ou un voyage avec des inconnus ?
  • je préférerais être tout seul ou accompagné ??

J’ai décidé de te partager les expériences de différentes personnes pour te permettre de peut-être répondre à tes questions, tes appréhensions, tes peurs… et pourquoi pas : que toi aussi tu te lances et tu t’envoles vers de nouveaux horizons.

Partir en voyage avec son copain : Valentin et Lilia en Nouvelle Zélande

Peux -tu te présenter rapidement

Pas besoin de trop me présenter 😉 j’imagine que vous commencez à me connaître / nous connaître. On est parti avec Valou, j’avais 24 et lui 23 ans en février 2020. En revenant de son voyage en Australie, on s’est retrouvé et on s’est mis ensemble peu de temps après (j’avais attendu un an qu’il rentre d’Australie, je peux te dire que je me suis  jetée dessus de peur qu’il ne reparte encore 😉 ). 

Pourquoi ce choix de voyage ?

Je commençais ma dernière année de master en qualité sécurité environnement quand Val est rentré. Mes parents m’avaient toujours dit « va jusqu’au bout d’un master et après fait ce que tu veux ». C’est alors que monsieur m’a fait la plus belle proposition. Celle que j’attendais depuis le début de mes études..

« Veux-tu partir avec moi à la fin de ton master en Nouvelle-Zélande ? » BOUYYYAAAKASHAKALA la réponse tu la connais déjà haha. 

On a décidé de partir pour un PVT d’un an et peut-être prendre une extension de visa par la suite. « Grâce » / à cause de ce virus mondial, ça va faire 13 mois qu’on est en terre kiwi. 

Es-tu revenue de ce voyage changé ?

Pour moi, ce n’est pas seulement 13 mois à l’autre bout du monde, c’est surtout et avant tout une expérience riche en émotions. En 13 mois, j’ai l’impression d’avoir gagné 10 ans de vie supplémentaire. On court toujours après le temps, mais si tu prenais le temps de vivre certains moments tu te rendras compte qu’en fin de compte, le temps est si précieux qu’il ne faut pas le gâcher, même pas une seconde !! 

J’ai appris sur moi en un an, plus que pendant les 6 dernières années où j’étais complètement perdue dans mes études. 

J’ai appris sur moi, sur ce petit bout de femme, sur mes goûts, mes envies, mes réactions… Pendant un voyage en van comme le nôtre, on sort de notre routine quotidienne, c’est alors que tu vas provoquer plus de choses, des situations touchantes, stressantes, agréables… et c’est ainsi que tu évolues, que tu grandis. 

J’ai appris sur moi, mais j’ai aussi appris sur mon coéquipier d’aventure, mon amoureux, celui qui a fait battre mon coeur dès que notre regard s’est croisé pour la première fois et que… (bon OK c’est beaucoup trop romantique j’arrête désolé haha🙈).

Valou c’était comme une évidence : il avait déjà fait l’Australie avec sa soeur, il était bon délire puis on s’entendait bien. C’était le cheval sur lequel il fallait que je mise sans aucun doute (spoil alert : je ne regrette pas du tout ce choix haha). 

Partir voyager en couple ça peut être à double tranchant,

soit ça passe soit ça casse. Encore plus quand tu vis dans un van de 3 m2, que tu es avec 24h/24 7j/7. Si ton couple passe cette étape…. tu sais déjà que tu vas être lié à vie avec lui par ce voyage, tous ces souvenirs et ces moments passés ensemble. 

Est-ce que je te le recommande ?? Bien sûr que ouiii mais fonce ( bon OK après ce virus), mais si tu peux partir avec ta moitié ça ne peut qu’être bénéfique pour tous les deux, pour toi personnellement et pour ton couple, tu verras alors si tu te sens bien avec cette personne, si tu veux faire plus de projets avec … 

Partir en voyage avec son copain : Pauline et Valentin en tour du monde

Pouvez-vous vous présenter rapidement

Nous sommes Pauline et Valentin, amoureux depuis plus de 12 ans et passionnés par les voyages. En 2017, nous avons vécu l’une des plus belles expériences de notre vie en partant 9 mois en voyage et notamment 6 mois en van lors d’un roadtrip magique autour de l’Australie. Nous avons profité d’être à l’autre bout du monde pour découvrir aussi l’Indonésie, l’ouest des Etats-Unis et pour finir en beauté la Polynésie Française. Cette expérience aura changé nos vies, notre façon de voir les choses et surtout nous aura donné l’envie de découvrir encore plus le monde qui nous entoure.

A quel âge êtes-vous parties ?

Pauline 25 ans et Valentin 26 ans. On est parti après 9 années ensemble.

Pourquoi ce choix de voyage ?

Nous avions le rêve de voyager au-delà de nos 5 semaines de congés payés, de nous évader d’une routine communément appelée « Métro, boulot, dodo » et de découvrir une nouvelle vie, une vie de nomade à parcourir un pays. Nous voulions explorer une partie du monde pour découvrir la diversité des paysages que nous propose dame nature sur terre, mais aussi tout l’aspect culturel et humain propre à chaque pays. Sortir de notre zone de confort et vivre tout ça ensemble. 

On a été en Australie pendant 6 mois (notre pays coup de coeur), 1 mois en Indonésie, 1 mois dans l’Ouest américain et 15 jours en Polynésie française pour finir ce roadtrip en beauté, un voyage de 8 mois.

Etes-vous revenues de ce voyage changé ?

Oui vraiment ! Depuis cette folle aventure, les voyages rythment nos vies.  Nous avons besoin de découvrir le monde que ce soit le temps d’un week-end ou sur plusieurs semaines, en France ou à l’étranger. Et quel plaisir de partager ses moments avec la personne que l’on aime, découvrir ensemble le monde avec sa diversité de paysages incroyables, ses cultures différentes, ou encore des rencontres inattendues. Avant tout ça on pensait avoir une maison, avoir une famille un chien et finalement notre vision des choses à changer après ce voyage on a envie de profiter au maximum de notre vie.

Nous recommandons ce voyage à 1000 % ! C’est une aventure qu’on oubliera jamais, il faut le vivre pour le comprendre! D’ailleurs c’est ce qui nous a donné envie de partir en Tour du monde, on espère en Septembre 2021 on croise fort les doigts 🤞🏻

Vous pouvez retrouver leur bilan en Australie juste ici.

Tu peux les contacter sur Instagram : Pauline et Valentin

Partir en voyage avec son copain : Ludivine et Maxence en Norvège

Pouvez-vous vous présenter rapidement

Moi c’est Ludivine, j’ai 22ans et je fais des études en Ingénierie de l’environnement à Montréal, mais à l’époque du voyage que je voudrais te raconter, j’avais 20ans, je vivais à Lyon et je suis partie avec mon chéri Maxence, avec qui j’étais depuis 2ans.

Pourquoi ce choix de voyage ?

Alors, déjà il faut savoir que j’ai grandi dans une famille où le sport et le voyage sont les principaux sujets de conversations. Je n’ai pas passé une seule année sans voyager avec mes parents et ils m’ont offert la possibilité de découvrir une grande partie de l’Europe. Leur passion première, c’était le Triathlon, mais la deuxième, c’est la Scandinavie. J’ai grandi avec leurs récits de voyage sur la Norvège, leur premier voyage en amoureux où ils sont partis en 90 avec le camion aménagé de mon grand-père. Outre les paysages incroyables, la mentalité nordique et la protection de la nature faisait un point d’honneur à la maison.

En 2015, ils m’ont enfin emmené en Norvège, on a passé trois semaines de road-trip incroyables, à découvrir des fjords magnifiques et à dormir dans des cabanes perdues en nature. C’était sublime. A partir de là, c’était lancé, on m’avait vendu la Norvège, j’ai vu la Norvège, je voulais retourner en Norvège !

Quand je me suis mise avec mon chéri, je n’ai du coup pas arrêté de le bassiner avec mes idées de voyages saugrenues, je veux aller là puis là puis refaire ça et truc et bidule !

Or on ne peut pas faire le tour du monde en deux semaines avec notre petit budget.

Du coup, premier été ensemble, on part dans le but de visiter la Scandinavie à vélo (oui oui voyager à vélo c’est un autre sujet important chez moi, Triathlon + voyage = Voyager à vélo BOUM !) C’est quelque chose que j’avais déjà fait, voyager à vélo, c’est le fun, plutôt écolo et sportif, le combo parfait ! Cependant, la Scandinavie ce n’est pas plat, puis à force de recherches on a dévié le projet vers les pays baltes. Ce n’est pas ce sujet que je vais développer aujourd’hui, pourtant, c’est vraiment un voyage où il nous est arrivé de sacrées bricoles ! 😝  Bref, on avait fait un super voyage, on avait traversé 3 pays à vélo en 3 semaines à coût réduit mais l’objectif Scandinavie et Back to Norway n’était toujours pas atteint.

Eté suivant, un an d’amour ensuite. L’idée revient : on veut toujours partir en Norvège, mais cette fois, on veut partir longtemps, cette fois c’est objectif deux mois. Seulement, la Norvège, c’est cher, et deux mois là bas n’est pas en adéquation avec notre budget étudiant. Alors là, l’idée vient, pourquoi pas faire un volontariat ? Ca permettrait à Maxence de valider son mois de travail à l’étranger pour l’école, et ça nous permettrait de découvrir la vraie vie des norvégiens, chez eux, une culture différente de la nôtre à la source, au lieu de voyager seuls de notre côté. Got it, on s’inscrit sur Workaway, on se fait un profil et on postule. Dans des fermes, dans des foyers où ils cherchent des nourrices, etc… Puis on est reçus. Chez Trasti&Trine, une chambre d’hôte tenue par un couple, Trine, musher professionnelle et Johnny, un des meilleurs restaurateurs de Norvège. Bingo, on débarque en juillet pour travailler avec eux pendant un mois. On est logés dans une cabine en bois typique dans la foret avec une salle de bains et une cuisine commune avec le reste du staff dans un autre bâtiment. Le matin, on s’occupe des chambres, on fait du ménage, on fait des lits… et l’après-midi, on fait des rénovations, on s’occupe du jardin ou on travaille avec les chiens ! Car oui, qui dit mushers professionnelles (Trine et sa fille Hannah) qui dit 60 huskies d’Alaska. Alors on apprend, on apprend à les nourrir, à les occuper, à les entrainer, à entretenir leurs niches…

Etes-vous revenues de ce voyage changé ?

Je n’ai jamais autant appris de choses improbables que pendant ce mois-ci. On a même repeint leur maison, je n’aurais jamais pensé faire ça un jour, moi qui aie plutôt l’habitude de passer mon temps à l’université à faire des maths ou à faire du vélo à la campagne ! On a aussi appris énormément sur la culture norvégienne. A la base, ils paraissent un peu rustres ces Vikings, ils ne sont pas très accueillants mais pour autant, ils sont d’une gentillesse dingue, et ils sont libres !

On est arrivé sans rien connaitre des travaux ou du monde du mushing et on s’est retrouvé à devoir se débrouiller tous seuls !

Car oui, ils te disent quoi faire, mais débrouille toi par la suite, heureusement, on a été briefé par deux autres volontaires sur place, un allemand et un espagnol, mais sinon, tu fais tout seul, et tu apprends ! Et j’ai adoré ça, ne pas se sentir enfantisés ou trop choyés c’est un plaisir aussi. J’aurais des milliers de choses à dire sur ce voyage mais en tout cas, on a grandit dans cette expérience et je me souviendrais toujours de cette propriété, au-dessus du cercle polaire, dans la Laponie norvégienne où régnait une ambiance paisible, calme, loin de notre vie citadine habituelle. C’était un mois magique, mais comme je l’ai dit plus haut, on partait pour deux mois norvégiens.

Alors pour optimiser notre voyage, après notre mois de volontariat dans notre paradis nordique plein de jolis toutous (qu’on a eu du mal à quitter d’ailleurs), on a décidé de partir à la conquête des Lofoten. On est parti, avec notre sac à dos, explorer les îles paradisiaques des Lofoten à pied, en bus et en stop. C’était une autre expérience incroyable, bien que parfois compliquée, car oui la météo en Norvège c’est pas toujours ça, alors quand tu campes et que tu passes tes journées à marcher sous la pluie, le moral peut en prendre un coup. Mais comme mon breton de copain dirait, la Norvège c’est comme la Bretagne, il pleut et il fait soleil tous les jours ! Puis on oubliait vite les précipitations quand on campait en nature face à ces sublimes fjords.

Ce voyage nous a appris à nous acclimater, à faire avec ce qu’on à se satisfaire du confort minimum et surtout, à accepter l’imprévu.

Même si on avait déjà apprivoisé cet aspect du voyage l’an passé à vélo, cette année ça avait encore plus de sens. Entre la météo ou les transports aléatoires, le planning a tous les jours été remis en compte. Heureusement, nous n’avions réservé aucun logement à l’avance, tout était fait au jour e jour, et quel plaisir que d’avoir autant de flexibilité ! C’est quelque chose que j’ai gardé pour les voyages à suivre, moi la passionnée er préparatifs, j’ai appris que suivre le cheminement du voyage et changer mes plans au jour le jour nous réserve de belles surprises !

Cette expérience était tellement belle que j’en parlerai des heures mais pour résumer, je recommande à 1000% ces modes de voyage, autant le volontariat que le voyage à pied en stop (encore plus dans un pays safe comme la Norvège où tu peux laisser ton sac et ta tente pendant des heures et revenir après ta randonnée sans que personne n’ait touché à tes affaires). Ces deux options sont différentes, le volontariat permet une immersion totale dans un foyer et dans une culture, mais permet moins de découvertes de paysage (hors jours de congés) mais le voyage à pied et en stop est plus lent qu’en voiture et est très imprévisible 😊 

En tout cas, je ferai tout pour revivre cet été magique avec mon chéri, le sentiment de fierté qu’on avait en rentrant était puissant !

Ce voyage n’a fait qu’augmenter mon envie de partir vivre ailleurs, ma curiosité s’est développée de voyage en voyage et cette expérience a été une révélation.

Maintenant, quelques années plus tard, on vit tous les deux à Montréal (amour des pays du Nord quand tu nous tiens), et l’idée de repartir faire du volontariat ou partir en stop nous revient souvent. Comme tout le monde, on attend la fin de cette pandémie, pour revivre ces belles expériences de vie et ces belles rencontres. ❤

Tu peux la contacter sur Instagram : @divine_lulu

Partir en voyage avec sa soeur : Marine et Valentin en Australie

Peux -tu te présenter rapidement

Je m’appelle Valentin et j’ai 24 ans. Alors je suis parti en Australie en 2017 avec ma soeur j’avais à ce moment-là 21 ans et 26 ans pour ma soeur. 

Durant mes études en BTS technico-commercial j’ai eu l’occasion par le biais de mon alternance d’échanger avec des collègues et plus particulièrement ceux qui étaient en relation clientèle à l’international. En les voyant, je me disais que ça devait être extra de pouvoir échanger en anglais, que ça devait ouvrir plus de portes, enfin bref un bon point sur le CV. 

Et c’est a la fin de mes études ne sachant pas trop quoi faire, que je me suis dit « allez vas y je pense que c’est le moment pour moi de découvrir le monde » et de pouvoir développer mes compétences en anglais, m’enrichir d’une nouvelle expérience. 

Été 2017 je contacte ma soeur qui à ce moment-là était en Amérique latine et je lui propose de partir avec moi pour 1 an en Australie. Et sa réponse fut immédiate « aller ça part !!! » 

Pourquoi ce choix de voyage ?

Je pense que ça été un choix naturel de partir en Australie avec ma soeur car on a toujours été proche tous les deux, elle ne savait pas trop quoi faire professionnellement à ce moment-là du coup la question ne s’est pas posée, 2 mois après les billets d’avion et le visa WHV ont été pris. 

« Une expérience à jamais gravée surtout un lien indéfectible s’est créée entre nous deux » 

On s’est donc retrouvé en novembre 2017 au pays des kangourous munis de notre petit van aménagé à sillonner cette immensité.

Nous nous sommes redécouverts tous les deux et je pense que ça a été bénéfique, nous avons tous les deux des caractères différents, mais tout aussi compatibles ce qui a fait de notre voyage une expérience fluide et pleine de surprise. Nous avons appris à nous écouter, à gérer des situations de stress, mais aussi à nous rapprocher en prenant du recul sur ce qu’on était en train de vivre. 

Es-tu revenu de ce voyage changé ?

Le fait de partir voyager te change forcément, car tu bouscules tes habitudes, tu rencontres énormément de gens qui sont tous différents, avec un vécu différent et tu apprends à être à l’écoute, chose qui parfois est compliquée dans ton quotidien de tous les jours où tu ne prends pas le temps… et justement c’est ça qu’apporte le voyage c’est que tu n’as plus d’horloge, tu es free !! Tu as le temps de prendre ton temps.. (rouler, lire, méditer, discuter avec des gens de tout âge, apprendre de nouvelles choses ou tout simplement ne rien faire) 

Je conseille à quiconque de partir 1 fois dans sa vie pour faire ce genre de voyage, partez 6 mois – 1 an en visa Vacances Travail par exemple, cela permettra vraiment de s’imprégner d’un pays, de prendre le temps de faire des choix, d’avoir une ligne directrice, mais semée de déviations et c’est ça l’expérience d’un voyage c’est tous ces moments imprévus qui vont faire de vous quelqu’un de nouveau, grandi !! 

Tout peut changer en quelques secondes et il est grand temps de foncer et de réaliser ses rêves, car tout est possible il faut juste s’en donner les moyens, arrêter d’écouter les gens et faire ses propres choix. 

Tu peux le contacter sur son Instagram Valentin

Partir seule : Garance au Chili

Peux -tu te présenter rapidement

Je m’appelle Garance Baby et j’ai 22 ans. Quand je suis partie j’en avais 20. A l’époque j’étais à la fac, j’étudiais l’anthropologie à la Sorbonne. J’ai toujours été attirée par l’aventure alors j’ai décidé de faire un échange international. C’est comme ça que je suis partie à Buenos Aires pour cinq mois.

Pourquoi ce choix de voyage ?

Au début j’étais partie avec mon chéri, il est resté un mois et demi puis il est reparti, et je suis restée seule. Après un festival avec des amis, ils voulaient partir dans le nord, faire le désert d’Atacama et visiter les geysers. Moi ce qui me tentait plus c’était la Patagonie et son cadre bucolique, les chaînes de montagnes infinies, remplir sa gourde directement à la source, la végétation luxuriante… 
Je n’étais jamais partie seule finalement, puisque mon copain était arrivé avec moi au début de l’échange, on s’était installé ensemble, c’était rassurant et confortable. Mes amis ont vraiment essayé de me faire venir avec eux. Mais j’ai pensé que si je ne partais pas dans le sud, je le regretterais en rentrant, car il me restait un mois avant de rentrer en France. 

Donc j’ai décidé de partir en solo, plus par force de circonstances que par réelle envie de partir seule finalement. J’ai acheté mes billets d’avions, comme ça je n’avais plus le choix, pas de retour en arrière possible. A part les billets d’avion, je n’ai rien préparé. 

Es-tu revenue de ce voyage changé ?

En tant que jeune femme dans un pays étranger et en plus sans connexion internet (j’ai téléchargé toutes les maps sur mon téléphone, c’était mon seul outil), mes proches m’ont déconseillé ce voyage. « On sait jamais ce qui peut t’arriver »; « mais t’es une fille il faut partir avec quelqu’un »;  » mais du stop, vraiment ? ». En fait, ils se trompaient tous.

Forcément ce n’est pas une aventure sans risques, mais je ne me suis jamais sentie dans une situation d’insécurité et je n’ai fait que de belles rencontres. 

C’était à un moment dans ma vie où j’étais pessimiste sur le monde, quand je regardais les nouvelles j’avais l’impression de regarder un mauvais film sur l’autodestruction de la civilisation humaine, à tous les niveaux de la société. Dans ma tête c’était inconcevable d’observer tant de mépris pour la nature, l’absence de considération humaine pour notre environnement et les autres humains, la soif insatiable de progrès, l’absurdité de mettre les priorités économiques au dessus de tout, de la sécurité, de la solidarité, de la vie. 

Ce voyage m’a complètement bouleversé. Lorsque l’on voyage seul, on est obligé d’aller vers l’autre. On dépend de l’autre pour s’en sortir, mais aussi pour exister socialement. Quand tu fais du stop, tout ton voyage dépend de la générosité et de la confiance des autres pour t’accepter dans leur véhicule, et pareillement tu dois faire confiance aux inconnus qui te prennent pour faire un bout de chemin ensemble. La plupart du temps, c’était des locaux qui me prenaient dans leurs camions, des travailleurs. Une fois, j’ai dormi 1 semaine chez un garçon que j’avais rencontré sur instagram car il faisait de belles photos d’un parc que je voulais visiter. 

Finalement partir seul(e), ça te permet de te lancer complètement dans ton voyage, de laisser à la porte tous tes préjugés et tes jugements, pour te laisser porter par la générosité de ceux qui veulent bien te tendre la main au cours de tes aventures. Je pensais passer beaucoup de temps seule et finalement j’étais toujours entourée.

Ce voyage m’a complètement changé car il m’a redonné foi en l’humain.

J’ai compris par les sentiments et l’expérience les concepts de solidarité, d’accueil, d’échange, de générosité. Des gens qui n’avaient rien m’ont tendu la main sans hésiter. Quand on vit à Paris, ce sont des mots inconnus. Et puis on part à l’étranger, et là tout prend son sens. 

Je recommande à tout le monde ce genre d’expérience. C’est une aventure humaine, une éducation du sentiment, une réalisation de la connexion qui existe entre tous les humains et leur environnement, c’est une immersion dans le cosmos. Il ne faut pas avoir peur, car il y aura toujours quelqu’un pour nous tendre la main. Je manque de mots pour décrire l’effet que ce voyage a eu sur moi, sur ma personnalité, sur ma vie. En tout cas aujourd’hui, je vis et je travaille à l’étranger, en Côte d’Ivoire, et l’aventure ne fait que commencer. 
J’ai réalisé un petit film amateur sur mon voyage car au-delà des échanges que j’ai eu et qui ne pourraient être traduits dans un film, j’en ai pris plein les yeux, vous pouvez le retrouver ici.

Tu peux la contacter sur son Instagram :

Partir seule : Ines aux Etats-Unis

Peux -tu te présenter rapidement

Je m’appelle Ines, j’ai 26 ans, je travaille dans le marketing stratégique, je vis près de Paris, et je suis fiancée, je me marie dans un an et demi ! Avant, j’étais quelqu’un qui n’aimait pas spécialement voyager, je n’étais jamais vraiment partie à part avec mes parents dans le Sud chaque été, et à Milan chez ma famille. Mais depuis ce voyage, j’ai appris à vraiment aimer ça et depuis je ne m’arrête plus !

A quel âge es-tu partie ?

18 ans

Pourquoi ce choix de voyage ?

Je devais faire un stage pour mes études à l’étranger et j’ai toujours été attirée par les USA, c’est un pays qui m’a toujours fait rêver.Combien de temps ? Je suis partie 3 mois en Caroline du Nord, à Charlotte, et j’en ai aussi profité pour visiter Miami.

Es-tu revenue de ce voyage changé ?

Enormement. Partir seule à l’autre bout du monde, sans sa famille, sans ses amis, sans ses repères et sans connaitre personne sur place, c’est un véritable challenge. Mais je ne regrette pas du tout : j’ai appris à me débrouiller seule, j’ai grandi, j’ai beaucoup appris sur moi. C’est un voyage qui m’a énormément apporté personnellement comme professionnellement, et j’ai fait de superbes rencontres sur place, des copains et copines avec qui je suis toujours en contact presque 10 ans après.
Je vous recommande à fond ce voyage.

Préfères tu voyager seule ou avec ton copain ?

Depuis que je suis avec mon copain (6 ans bientôt) je n’ai pas eu l’occasion de re voyager seule, je ne voyage qu’avec lui, mais j’aimerais beaucoup réitérer cette expérience quand on pourra voyager de nouveau ! 🙂

Tu peux la contacter sur son Instagram : Ines.

Partir seul : Hugo en Australie

Peux -tu te présenter rapidement

Je me présente je m’appelle Hugo j’ai 30ans. J’ai suis parti en voyage seul après une mauvaise passe personnelle où je ne savais pas vraiment quoi faire de ma vie.

A quel âge es-tu parti ?

À 25 ans j’ai décidé de partir une première fois 6 mois en Angleterre seul avant de partir 2 ans en Australie. Ça a été la plus belle aventure et le meilleur choix que j’ai pu faire dans ma vie.

Pourquoi ce choix de voyage ?

Je voulais sortir de ma zone de confort, de ma famille, à l’autre bout du monde dans une langue étrangère. J’ai su affronter toutes mes peurs et tous les aprioris que j’avais avant de partir.

Es-tu revenu de ce voyage changé ?

Cette expérience m’a vraiment changé, j’ai ouvert les yeux sur le monde, le vrai bonheur loin de tout confort dans une tente ou dans un van.
J’ai rencontré des gens incroyables, des frères, des soeurs, des amis pour la vie partout dans le monde.

J’ai pu apprendre l’anglais couramment grâce à mes colocataires british. Cela a pu m’ouvrir des portes dans le job de mes rêves au Cirque du Soleil où j’ai monté les échelons jusqu’à devenir manager.

Je conseille à 1000000 %t à tous ceux qui hésitent à partir seul de foncer! Vous ne le regretterez pas.

Tu peux le contacter sur instagram : Hugo. S

Partir en voyage seule : Sarah aux Etats-Unis

Peux -tu te présenter rapidement

Je m’appelle Sarah, j’ai fait mon premier voyage en solo il y a maintenant 9/10ans, j’avais 21ans à l’époque, je sortais d’une rupture amoureuse pas simple, une amie à moi travaillait à Los Angeles, j’allais lui rendre visite pendant 1 semaine, pour me changer les idées. Elle y était dans le contexte du travail, hors quitte à avoir la chance de pouvoir y partir, je voulais me faire kiffer, souffler, faire quelque chose de nouveau pour me retrouver et faire le tour de l’Ouest pendant 3 semaines. Partir aussi loin, louer une voiture, partir sur les routes américaines, à la découverte du grand canyon, Las Vegas, San Francisco.. C’était un rêve pour moi à l’époque.

Pourquoi ce choix de voyage ?

J’avais dans l’idée de faire un WH d’un an en Australie, de faire une bonne coupure avec ma vie quotidienne, donc je me suis dit que ça pouvait être un bon test de débutante de commencer par 3 semaines, seule aux USA, d’autant plus que l’anglais et moi ce n’était pas une grande histoire d’amour. Je suis quelqu’un qui a tendance à se lancer les yeux fermés, sans se poser de questions, c’est donc ce que j’ai fait, au plus grand désespoir de ma mère (lol). Ce voyage m’a fait me sentir vivante, libre, ça a réveillé en moi, cette soif de découverte, et m’a conforté dans ce pour quoi je me levais le matin pour aller travailler.. Économiser pour repartir à un moment donné. Quand ? Comment ? Combien de temps ? Peu importe, tant que je partais.

Et puis vla qu’au retour de ce 1er voyage, j’ai fait la rencontre d’un garçon qui venait de passer 2 ans en Nouvelle-Zélande et qui devait partir en Australie 6mois plus tard. Je savais plus ou moins dans quoi je m’embarquais, je m’étais dit que ça se terminerait certainement à son départ.. J’avais la même envie que lui, mais premièrement je ne voulais pas me greffer à son projet et deuxièmement j’étais en CDI. Puis au fils des mois, notre relation à pris une nouvelle tournure, le voilà qu’il retarde son voyage, et qu’on réavise nos projets.. Il n’est donc pas parti au bout 6mois… mais il m’a attendu.

J’ai enclenché une demande d’année sans solde à mon travail, qui a été accepté 30jours plus tard, pour notre plus grand bonheur. Et 6 mois plus tard, on s’envolait pour 6mois et demi en Australie, en passant 1 mois en Indonésie en chemin.En Australie nous y avons voyagé en break et beaucoup travaillé le reste du temps, pour par la suite pouvoir voyager 1 mois en Nouvelle-Zélande en break également puis 4 mois en Amérique latine, au Pérou, en Argentine, Bolivie, Chili et au Brésil pendant la coupe du monde.

Nous avons terminé ce voyage ensemble, et sommes rentrés main dans la main, des souvenirs plein la tête, et tellement plus proches l’un de l’autre. Cependant, les choses de la vie à notre retour on fait que nous sommes actuellement plus ensemble, mais ce voyage, ces souvenirs, on nous les enlèvera pas.

Depuis 6ans/7ans maintenant voilà que je voyage seule avec mon sac à dos.

Je suis partie en Asie (Japon, Philippines, Vietnam, Cambodge, Indonésie, Singapour), en Afrique (Tanzanie & Madagascar), en Amérique latine (Cuba, Mexique, Colombie). Je suis partie seule, non pas car je n’ai pas d’amis comme j’ai déjà pu l’entendre, mais simplement, car nous pouvons pas forcement avoir des vacances en même temps, mes amis n’en ressentent pas forcément l’envie et/ou voyagent différemment… même un(e) ami(e) n’est pas forcément le bon compagnon de voyage, c’est un peu comme les colocations entre amis, il faut vraiment avoir les mêmes attentes et vivre de la même façon.

Es-tu revenue de ce voyage changé ?

Alors là, voilà une nouvelle forme de voyage qui m’a conquise. Ces nombreux voyages solos m’ont fait me découvrir réellement, chaque fois un peu plus, m’ont appris à me supporter, m’écouter, et aimer ma propre compagnie. Ils ont fait sauter mon semblant de carapace de timidité, m’ont prouvé à quel point je pouvais être sociable (oui, je suis capable de parler à un mur) et ont révélé chez moi patience et facilité d’adaptation, peu importe les situations ou personnes auxquelles je pouvais être confrontée. Je me sens aujourd’hui comme un chat, je retombe sur mes pattes.

J’aime le fait de rencontrer de nouvelles personnes, différentes, d’âge différent, et ce partout, dans la rue, dans un avion, dans un bus, dans un resto, sur une plage et d’échanger, partager un moment court ou de fois pendant quelques jours voir semaines. Lorsque qu’on voyage seul, on est plus enclin et ouvert à la conversation que lorsque qu’on voyage en couple ou entre amis… en réalité on est jamais seul, tout peut partir d’un simple sourire. Et à contrario les moments seuls ne sont pas subis, mais volontairement choisi.

Je n’ai fait que des rencontres exceptionnelles autant avec des voyageurs qu’avec les locaux, des rencontres avec lesquelles pour certaines, j’ai gardé des liens.

J’aime pouvoir avoir cette liberté de tout, de prendre mes propres décisions et des fois d’en assumer les conséquences sans se cacher derrière quelqu’un (c’est le jeu ma pauvre Lucette haha). Pour ma part je fais le choix de partir sans plan, sans réservations (seulement la 1re nuit), j’avance à mon rythme, au gré de mes envies, mes rencontres, et surtout mon intuition.

Je parle d’intuition, car il est évident que dans le fait de partir seule, surtout en tant que fille, on est « exposée à plus de risques ».. C’est surtout ce que rabâche l’entourage avant chaque départ.

Mais je pense qu’il ne faut pas tout dramatiser, et qu’il faut faire preuve de bon sens, comme on doit le faire déjà chez soi quand on vit dans une grande ville, ne pas s’aventurer dans une rue pas éclairée toute seule, dans des « quartiers » dits « pas sécures » de nuit, ne pas exposer ses objets clinquants et/ou de valeurs, déballer son argent à tout bout de champ, et aussi respecter certains codes vestimentaires… le monde n’est pas fait que de gens hostiles, bien au contraire, en tant fille voyageant seule, on a toujours été aux petits soins avec moi, on m’a toujours proposé de l’aide, tendu la main.

Tu peux la contacter sur son intagram : @saraahcollot

Partir en voyage avec des inconnus : Chloe en Amérique du Sud

Peux -tu te présenter rapidement

Je m’appelle Chloë, j’ai 25 ans et je vis sur  Nantes. J’ai pris la décision de partir à la suite de mes études (diplôme obtenu en octobre 2016), je me cherchais dans ma vie perso et professionnelle. J’ai toujours souhaité aller en Amérique du Sud et plus particulièrement au Pérou, mais je ne savais pas avec qui partir donc j’ai cherché des compagnons de route.

A quel âge es-tu partie ?

J’avais 21 ans quand j’étais sur les routes Sud Américaine à vadrouiller entre plusieurs pays : Argentine, Chili, Bolivie, Pérou et Cuba.

Pourquoi ce choix de voyage ?

Je ne voulais pas partir avec quelqu’un de mon entourage (d’ailleurs personne ne voulait partir si longtemps !). Pour autant, je ne voulais pas partir toute seule. Je me suis lancée dans des recherches sur internet « rencontrer des voyageurs », qui m’ont amené sur le site « TripTrib ». Il y avait des tas d’annonces de personnes qui cherchaient des co-voyageurs, pour partir en tour du monde, dans des pays spécifiques, pour des petits ou longs séjours. J’ai donc affiné mes recherches et je me suis mise à discuter avec une personne qui elle-même parlait avec 2 autres. Après plusieurs messages ça a matché directement entre nous !! Il fallait bien évidemment qu’on ait sensiblement le même budget, les mêmes envies et la même façon de penser. Nous étions 4 inconnus (3 filles, un garçon) venant de Nice, Saint Etienne, Pau et Nantes.

L’une des filles avait comme projet de rester 1 an, avec les 2 autres nous étions partis pour 5 mois et demi. Elle souhaitait partir avec nous et faire un bout de chemin en notre compagnie avant de prendre plus son temps une fois la Patagonie passée. On se met d’accord sur un départ fin janvier 2017, chacun part de l’aéroport le plus proche de chez soi avec pour même destination Madrid. Je suis partie de Rennes et j’étais la deuxième à arriver à Madrid, on commence à parler, à apprendre à se connaître, la pression retombe et on attend les 2 autres ! Quelques heures plus tard nous voilà au complet et direction BUENOS AIRES.

Ma famille m’a toujours soutenu dans ce projet malgré les inquiétudes qu’ils avaient ils ne m’ont jamais freiné. Je pense que c’est aussi grâce à eux que j’ai pu vivre tout ça.

Nous n’avions rien réservé et on avait vaguement parlé de ce que nous souhaitions voir dans chaque pays.  La première soirée en Argentine on apprend à se connaitre et tout se passe super bien !! Me voilà enfin totalement rassurée et j’avais tellement hâte de poursuivre l’aventure en leur compagnie.

Au bout d’un mois, celle qui voulait rester un an nous quitte au Chili, quelle tristesse!! A vivre 24h/24h avec des personnes, ça crée des liens incroyables. On partage tout, nos humeurs, nos galères, nos rires, nos randos, nos découvertes exceptionnelles et ça croyez moi c’est ce qu’il y a de plus magique. Je n’aurais pas pu imaginer découvrir de tels paysages sans le partager avec des amis. Si tout s’est bien passé, c’est que nous avions tous la même façon de penser et on savait prendre du temps chacun pour soi et surtout on communiquait pour qu’on s’y retrouve tous.

Es-tu revenue de ce voyage changé ?

Tu apprends à te découvrir, toi et tes compagnons de voyage tout au long de ce trip.

Alors un conseil : FONCEZ pour ce genre de voyage, osez les choses, parlez-vous et vivez vos rêves. 🌎

Tu peux la contacter sur son Instagram : Chloë.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Prev Post

Que faire à l'Est - la région de Gisborne en Nouvelle-Zélande

17 mars 2021

Next Post

Comment ai-je guéri de l'hyperphagie boulimique ? Mon expérience

24 mars 2021